Interview : West Courtage, gestionnaire de patrimoine à Brest

Interview : West Courtage, gestionnaire de patrimoine à Brest

Interview d'entreprises membres du Lab de la West Team Brest Finistère

Jeudi 28 mai 2020

– Ewan Lebourdais –

West Courtage

Gestionnaire de patrimoine à Brest, Finistère, Bretagne

Ewan Lebourdais - Gestion patrimoniale dans le Finistère

Ewan Lebourdais est à l’initiative du groupe West Courtage, en 2003, et de la West Team, depuis 2014.

Ewan Lebourdais a fondé le groupe West Courtage à Brest en 2003. Son entreprise propose un accompagnement en gestion privée, ainsi que de l’intermédiation bancaire. Implanté au cœur de Brest (rue de Siam), West Courtage fédère aujourd’hui une équipe de cinq personnes et prodigue ses conseils à une clientèle de particuliers, essentiellement bretons.

Fondateur de la West Team en 2014, Ewan en est aujourd’hui le Président. Passionné et débordant d’idées, il répond à nos questions, entre deux rendez-vous.

« Notre rapprochement avec Brest Bretagne Nautisme (BBN) nous offre une superbe opportunité de grandir et de tendre vers le modèle économique et structurel de certains grands clubs comme le hand ou le football, en fédérant un nombre croissant d’entreprises et d’acteurs de notre territoire. »

Ewan Lebourdais

Parle-nous de l’activité de West Courtage ?

« La gestion de patrimoine est une profession passionnante, touchant à la fois au droit de la famille, au droit fiscal, à celui des sociétés ou encore de l’immobilier. Notre rôle vise à apporter une solution « sur-mesure » à nos clients, en leur offrant une expertise transversale à tous ces domaines, dans un environnement en permanente mutation. Aussi, il est essentiel de se tenir informé des dernières actualités en termes de législation et de se former régulièrement. Par ailleurs, les relations privilégiées que nous entretenons avec nos établissements bancaires partenaires nous permettent de négocier des conditions de crédit particulièrement intéressantes pour nos clients. La proximité et la confiance sont pour nous de véritables leviers ; 80% de nos dossiers actuels sont issus de recommandations de nos clients et partenaires. »

Comment l’idée de la West Team est-elle née ?

« Après plusieurs années passées à Brest, j’ai ressenti le besoin de faire partie d’une communauté, d’un mouvement qui me permettrait de rencontrer d’autres acteurs de mon territoire, à travers ma société West Courtage. L’idée d’un « collège » d’entreprises brestoises m’est alors apparue, afin de fédérer des acteurs passionnés tout comme moi par la mer et les bateaux. La West Team est ainsi née, porteuse de belles opportunités. Bien sûr, le projet ne s’est pas construit en une journée ; si les relations entre les différents partenaires de la West Team ont mis un certain temps à se tisser, elles n’en sont que plus fortes aujourd’hui. »

Quelles sont les valeurs communes entre West Courtage et la West Team ?

« La West Team a construit ses valeurs sur le collectif, la passion et les sports nautiques. Ce sont là de puissants leviers de communication, fédérateurs. La mer, tout comme la gestion de patrimoine, est une matière super-transversale. Aussi, West Courtage se rapproche de la West Team en portant des valeurs telles que la rigueur, la passion et le goût de la transmission. Avec cette dernière notion, je pense notamment à l’accompagnement des graines de talents de notre territoire. Ayant moi-même été sportif de haut niveau dans ma jeunesse, j’ai à cœur de transmettre cette richesse et ce coup de pouce à nos jeunes régatiers, via la West Team Contest en Diam 24 et les projets individuels. »

« J’imagine sans difficultés le fait que la West Team pourrait, un jour, être à l’initiative d’une filière catamaran à Brest.»

Ewan Lebourdais

Si tu devais décrire la West Team en 3 mots ?

« Convivialité, performance et fun. »

Et le Lab ?

« Réseau, valeurs, partage. »

En quoi le Lab se distingue-t-il des autres réseaux d’affaires ?

« Le West Team Lab est l’exact opposé d’un « club cigare ». Par là, je veux dire que ses membres ne versent pas de cotisations pour en profiter derrière, augmenter leur niveau de vie ou encourager un « entre-soi ». Depuis le début, nous communiquons en toute transparence, en expliquant d’où vient l’argent récolté et quels buts il sert. Au sein du Lab, nous développons un sentiment d’appartenance à un groupe tourné vers les mêmes valeurs et partageant les mêmes objectifs. Depuis sa création (2017), notre réseau n’a de cesse de se challenger continuellement, en allant chercher d’autres leviers pour s’épanouir davantage. Notre rapprochement avec Brest Bretagne Nautisme (BBN) nous offre une superbe opportunité de grandir et de tendre vers le modèle économique et structurel de certains grands clubs comme le hand ou le football, en fédérant un nombre croissant d’entreprises et d’acteurs de notre territoire. »

Comment imagines-tu la West Team de demain ? 

« Un réseau réunissant plus de cinquante entreprises et un club sportif incarné par Brest Bretagne Nautisme, permettant de conjuguer à la fois un club d’affaires toujours plus efficace, une présence sur les grands circuits en voile sportive et la promotion de notre territoire à l’échelle nationale. Avec tous ces ingrédients réunis, la West Team disposera d’un poids certain pour discuter avec la Métropole et la région. Par exemple, j’imagine sans difficultés le fait que la West Team et le BBN pourraient un jour être à l’initiative d’une filière catamaran à Brest ! »

Retrouvez-les en ligne :

West Courtage, gestion patrimoniale à Brest

West Courtage, courtier en crédit immobilier à Brest

CRÉDITS PHOTOS

Header : © Maxime Poriel – Portrait : © Ewan Lebourdais – © Freepik

Interview : La table Bretonne, traiteur à Brest

Interview : La table Bretonne, traiteur à Brest

Interview d'entreprises membres du Lab de la West Team Brest Finistère

Jeudi 21 mai 2020

– Christian Landouzy –

La table Bretonne

Traiteur Brest, Finistère, Bretagne

Christian Landouzy organise des soirées dégustation à thème avec son entreprise La table Bretonne, traiteur à Brest

Totalement autodidacte, Christian Landouzy fait son entrée dans le monde du travail à 16 ans seulement. Après avoir consacré une part importante de sa carrière au sein d’un groupe de presse écrite, l’amenant à vivre dans différentes régions, il pose finalement ses valises à Brest, avec sa femme et ses enfants. C’est dans le Finistère qu’il renoue avec sa première passion, la cuisine. Il participe alors à de nombreuses formations, qu’il complète par des cours du soir pour se former au monde de la restauration. En 2004, il crée La table Bretonne. Son établissement jouit aujourd’hui d’une belle notoriété sur le territoire breton.

Christian nous accueille dans ses cuisines le temps d’une interview !

« Le Lab n’est pas qu’une affaire de business, loin de là. L’humain y trouve toute sa place. »

Christian Landouzy

Parle-nous de La table Bretonne ?

« Il nous a fallu quelques années pour nous faire connaître sur le marché brestois. Aujourd’hui, La table Bretonne fonctionne très bien. Notre équipe compte six salariés permanents et autant d’extras, avec lesquels nous travaillons régulièrement. Nous avons la chance d’exercer un métier passionnant, nous amenant à relever chaque jour de nouveaux défis. Nous sommes aujourd’hui en mesure de cuisiner pour de très grands groupes, pouvant atteindre près de mille personnes. Ce genre d’événement réclame une organisation au millimètre et de bonnes compétences de logisticien. Mais cela ne nous fait pas peur ! Nous aimons également travailler en plus petits comités. Avec un ami caviste (Soif de Vin), nous organisons régulièrement des soirées dégustations autour d’un repas gastronomique, pour une douzaine de personnes. Ces moments de partage se déclinent également sous la forme de soirées à thèmes ou encore de cours de cuisine en effectif réduit. Enfin, nous participons à une soixantaine de mariages chaque saison. Nos prestations touchent aussi bien un public de professionnels que de particuliers.»

Saint-Jacques snackée

Oeillet de fromage tête de moine, croustillant aux fruits secs

Comment s’est déroulée ta première rencontre avec la West Team ?

« De mémoire, c’est Jacques Caraës (directeur et organisateur de grandes courses océaniques) qui m’a parlé de la West Team pour la toute première fois. J’ai ensuite rapidement fait la connaissance d’Ewan (Lebourdais), qui m’a présenté le concept plus en détails. A l’époque, j’évoluais déjà dans différents réseaux d’affaires autour du sport, à l’image du BBH (handball) et du SB29 (football). Après plusieurs années passées à côtoyer ces deux milieux, j’ai saisi l’opportunité de la West Team pour découvrir une autre branche et me tourner vers le nautisme. Cela fait aujourd’hui deux ans et demi que j’ai rejoint le projet. Notre organisme est encore jeune. Il faut du temps pour faire connaissance avec les autres membres et apprendre à se connaître. C’est simple : plus on se voit, plus on se connaît et plus on se fait confiance. Le Lab n’est pas qu’une affaire de business, loin de là. L’humain y trouve toute sa place. »

Au sein de la West Team, y a t-il un sujet qui te tienne particulièrement à cœur ?

« Je suis particulièrement attentif au parcours de nos jeunes régatiers brestois. Cette idée d’accompagner financièrement des sportifs pour leur permettre de réaliser leurs rêves est excellente, et assez unique selon moi. Je n’ai en tout cas jamais connu ce genre d’initiatives dans les précédents clubs d’entreprises que j’ai pu fréquenter… Ces jeunes sont tellement motivés et investis ; c’est un vrai bonheur de les suivre ! Je me souviens par exemple d’un échange avec Axelle Pillain lors de l’une de nos réunions, qui me parlait de son projet Mini Transat. En l’écoutant, je me suis dit qu’il fallait quand même avoir de sacrées tripes pour se lancer seule dans cette traversée de l’Atlantique, à bord d’un si petit bateau ! Tous ces moments d’échanges et de partage de « vies » sont très agréables. Après, la compétition, ce n’est plus de mon âge ! (rires) »

« Et si nous sponsorisions un Ultim ? Avec un nombre conséquent d’entreprises partenaires, il n’est pas impossible de concrétiser un jour un projet de cette envergure ! »

Christian Landouzy

Quelles sont les valeurs communes entre La table Bretonne et la West Team ?

« Je parlerais tout d’abord des valeurs humaines. Dans le cadre de mon métier de traiteur, je suis amené à rencontrer beaucoup de gens, avec lesquels j’aime échanger. La West Team porte cette volonté fédératrice, en permettant à un ensemble d’acteurs de notre territoire de se réunir et de travailler ensemble. Les valeurs du sport nous réunissent également. Étant plus jeune, j’ai pratiqué plusieurs sports d’équipe, qui m’ont enseigné le respect, l’esprit d’équipe, le sens du soutien. J’ai aujourd’hui réintroduit ces notions dans mon entreprise. Au commencement de notre activité en 2004, les cuisines et le service en salle formaient deux univers bien cloisonnés. Autant dire que cela ne me plaisait pas du tout ! Nous avons donc travaillé à créer une véritable unité au sein de notre équipe, et cela se ressent aujourd’hui. Par ailleurs, la transmission et le sens du partage sont une fois encore des valeurs fortes que nous partageons avec la West Team. A titre d’exemple, certains de nos anciens salariés se sont formés à nos côtés et sont aujourd’hui à la tête de leur propre restaurant. J’en suis très fier. »

Si tu devais décrire la West Team en 3 mots ? 

« Ambition, rayonnement, expérience ».

Et le Lab ?

« Fédérateur, humain, partage. »

Comment imagines-tu la West Team de demain ?

« Soyons fous : et si nous sponsorisions un Ultim (rires) ? J’ai toujours été impressionné par les grands bateaux, qui sont de véritables bijoux de technologies. Lorsque l’on voit ces engins volants filer à des vitesses phénoménales sur l’eau, ça fait rêver ! Avec un nombre conséquent d’entreprises partenaires, il n’est pas impossible de concrétiser un jour un projet de cette envergure ! »

Retrouvez-les en ligne :

La table Bretonne : traiteur Brest, Finsitère, Bretagne

CRÉDITS PHOTOS

Header : © Maxime Poriel – Photo portrait Christian Landouzy et plats : © Droits réservés – © Freepik

Interview : Flying Fish, conception et distribution de matériel nautique

Interview : Flying Fish, conception et distribution de matériel nautique

Interview d'entreprises membres du Lab de la West Team Brest Finistère

Jeudi 14 mai 2020

– Patrice Belbeoch & Julien Leclerc –

Flying Fish

Conception & distribution de matériel nautique (Guipavas)

Julien Leclerc et Patrice Belbeoch dans l’entrepôt de la société Flying Fish à Guipavas dans le Finistère

Ancien planchiste de haut niveau, Patrice Belbeoch est le gérant de la société Flying Fish, implantée à Guipavas depuis près de vingt ans. L’entreprise est spécialisée dans la conception et la distribution de matériel nautique (planches à voile, stand-up paddles, voiles), qu’elle commercialise à l’international sous les noms de marque Exocet et XOSails.

Autour d’un café, nous avons interrogé Patrice et Julien Leclerc, directeur marketing chez Flying Fish, au sujet de leur passion, la glisse, et de leur vision de la West Team. C’est parti !

« Nous envisageons la West Team comme un organisme moteur à Brest, fédérateur, capable d’apporter un vrai coup de boost à notre territoire, tant sur les plans économiques que sportifs, à travers la pratique des sports de glisse »

Patrice Belbeoch

Comment l’aventure Flying Fish est-elle née ?

Patrice : « Tout est parti de ma passion pour la planche à voile. Ma carrière de sportif de haut niveau a démarré lorsque j’avais dix-huit ans. Pendant de nombreuses années, j’ai couru sur les grands circuits mondiaux en planche. J’étais rarement à la maison, disons peut-être trois mois dans l’année ! Au-delà de la performance sportive, la R&D (recherche et développement) a toujours occupé une place très importante dans ma pratique. La planche à voile est un support particulièrement technique. Il y a toujours des réglages et détails à affiner pour pousser le curseur de la performance plus loin. Très rapidement, j’ai commencé à développer moi-même mon matériel, adapté à ma pratique. Il n’était pas rare que certaines marques partenaires me consultent pour développer de nouveaux produits. Alors, lorsque j’ai mis fin à ma carrière professionnelle dans le sport, je me suis consacré à 100% à la R&D, en créant ma marque et en développant mes propres équipements. »

Quels sont les points forts de votre projet ?

Patrice : « Aujourd’hui, Flying Fish est la seule structure proposant une aussi grande variété de supports de glisse en France. Notre expertise et notre polyvalence sont reconnues au-delà des frontières de l’hexagone, nos produits étant distribués depuis Brest vers l’Europe, l’Australie, la Nouvelle Zélande et les États-Unis, où se trouve d’ailleurs notre plus gros client. En parallèle, la R&D occupe une place très importante dans le projet. Nous perfectionnons et renouvelons régulièrement notre gamme, notamment grâce à l’expertise apportée par Damien Le Guen, qui a remporté plusieurs fois le titre de champion de France en planche à voile. Son approche du sport et son expérience sont de véritables atouts : lorsqu’il teste nos planches, il expérimente tous les réglages et pousse la machine au bout de ses limites, afin de s’assurer qu’elle puisse à la fois convenir à des véliplanchistes confirmés, comme à des sportifs moins expérimentés. Damien n’est pas le seul à tester notre matériel ; nous sommes plusieurs à nous rendre régulièrement sur l’eau pour évaluer nos supports et partager nos points de vue. »

« En rejoignant la West Team, nous voulons faire rayonner notre plan d’eau et montrer que, nous aussi, on sait faire du sport à Brest ! »

Julien Leclerc

Parle-nous de ta première rencontre avec la West Team.

Patrice : « C’est Ewan Lebourdais, Président de la West Team, qui m’a contacté il y a près de deux ans. Il venait de créer une structure permettant aux entreprises brestoises de se réunir et de se rencontrer : le Lab. Je me suis dit : pourquoi pas  ? Ce nouveau projet nous offrait une belle occasion de sortir du bureau et de voir autre chose, en faisant la connaissance d’autres acteurs de notre territoire. »

Qu’est ce qui vous a convaincu de rejoindre l’aventure West Team ?

Patrice : « La curiosité tout d’abord, et puis l’envie d’apporter mon grain de sable à l’édifice, afin de dynamiser le plan d’eau brestois. Dans notre cas, la Base de Vitesse est un véritable levier de promotion des sports nautiques. Nous y sommes très souvent présents en planche à voile par exemple. Avec l’équipe de Flying Fish, nous étions désireux de rejoindre un groupe fort, qui va de l’avant autour d’une valeur commune : la mer. »

Julien : « La rade de Brest dispose d’un énorme potentiel. : une baie bien enclavée, du vent, de l’espace… Mais contrairement à des villes comme Lorient, l’activité nautique sur notre territoire y est nettement moins développée. En rejoignant la West Team, nous voulons faire rayonner notre plan d’eau et montrer que, nous aussi, on sait faire du sport à Brest ! »

Patrice : « Et puis, en parallèle de l’activité autour de la Base de Vitesse de Brest, nous sommes heureux de donner un coup de pouce aux jeunes sportifs locaux, à travers le financement des projets individuels et l’équipe de la West Team Contest en Diam 24. Pour être passés par là étant plus jeunes, nous connaissons la difficulté de trouver des financements. En l’espace de six ans, la West Team a déjà concrétisé de beaux projets contribuant au rayonnement de notre territoire à travers la glisse. Mais aujourd’hui, nous ambitionnons de pousser le curseur encore plus loin. »

Comment ?

Patrice : « En allant encore plus loin dans le rapprochement des entreprises et des acteurs de notre territoire. Je vais aller droit au but : cela fait plusieurs mois déjà que nous cherchons à nous rapprocher de la mer. Mais nous ne trouvons pas de terrain en bord de mer ! Ici, à Guipavas, nous n’avons pas accès à l’eau ; c’est un frein pour notre visibilité et notre développement. Et nous sommes loin d’être les seuls ! La plupart des acteurs du nautisme à Brest (écoles de voile, commerçants, fabricants, fournisseurs) sont dispersés. Récemment, nous avons découvert une société de composites implantée juste à côté de chez nous, dont nous ne soupçonnions pas l’existence ! Finalement, nous ne connaissons pas les acteurs évoluant au sein de notre milieu. »

Julien : « Alors nous nous projetons dans l’idée de créer un pôle d’activités permettant de réunir un grand nombre d’acteurs du nautisme sur notre territoire, comme c’est aujourd’hui le cas à Lorient. Imaginez toutes les synergies qui pourraient voir le jour grâce à ce simple rapprochement géographique ! On ne serait plus obligé de se déplacer à l’autre bout de Brest pour aller voir un partenaire, puisque nous serions tous localisés dans un rayon d’un kilomètre les uns des autres ! L’activité nautique est un véritable levier économique à Brest, nous avons une vraie carte à jouer avec la West Team. »

Patrice : « C’est comme cela que nous envisageons la West Team aujourd’hui : un organisme moteur à Brest, fédérateur, capable d’apporter un vrai coup de boost à notre territoire, tant sur les plans économiques que sportifs, à travers la pratique des sports de glisse. Le rapprochement récent avec Brest Bretagne Nautisme est un premier jalon. »

 Si tu devais décrire la West Team en trois mots ?

Julien : « Passion, sensations, bienveillance »

Et le Lab en 3 mots ?

Patrice : « Rencontre, projets, avenir »

Retrouvez-les en ligne :

Flying Fish : vente d’équipements de planche à voile, foil, surf, stand up paddle

Découvrez la gamme de planches Exocet

Découvrez la gamme de voiles XOSails

CRÉDITS PHOTOS

Header : © Maxime Poriel / © Freepik – Portrait : © West Team